avant-garde

Le terme avant-garde désigne, depuis le XIXe siècle, des personnes qui entreprennent des actions nouvelles ou expérimentales, en particulier dans les arts et la culture.

Cette pratique s’inspire des idées de la Révolution française et comme elle, n’exclut pas que s’en réclament des personnages installés au cœur du pouvoir politique et hostiles à la société civile. Peter Sloterdijk définit l’avant-gardisme comme « la compétence permettant de forcer tous les membres d’une société à adopter une décision sur une proposition qui n’émane pas d’elle-même ».

Dire d’un artiste qu’il représente l’avant-garde, c’est dire qu’il crée l’art académique du futur.

En art, quelques artistes avant-gardistes refusent toute affiliation avec leurs prédécesseurs et se placent donc en porte à faux en refusant tout art antérieur. Le terme est souvent utilisé en art à propos d’artistes qui « seraient » en avance sur leur époque.

Selon l’avant-garde, la valeur d’une œuvre se confond avec son caractère inouï, en avance sur son temps. Il n’y a pas un modèle éternel du Beau, l’artiste se doit de concentrer dans sa production l’essence de la modernité, encore en gestation, de rompre avec les conceptions artisanales de l’art, avec le culte de la nature et le réalisme de l’art figuratif. Sous une forme moins directement liée à l’idée d’une mission historique de l’artiste, l’avant-gardisme renvoie à une conception individualiste de la création. Tout peut devenir art, si l’artiste le décide, l’artiste étant libéré de tout stéréotype social ou esthétique. « S’il faut en finir avec l’art figuratif, s’il faut cesser d’imiter la nature, c’est pour être enfin pleinement en mesure d’exprimer la subjectivité », écrit Luc Ferry à propos de Vassily Kandinsky. L’avant-garde oscille entre une conception, fonctionnelle ou ludique, de l’art comme partie prenante du monde industriel ou post-moderne, et une radicalité provocante, choquante, et pas seulement à l’égard du passé. Cette ambiguïté est très sensible chez Andy Warhol, ou plutôt les divergences des interprètes. Alain Jouffroy dit du Pop art qu’il « est signifiant : il fige le banal quotidien qui fuit autour de nous ; usant d’une technique banale, il tend un miroir glacé dans lequel se reflète une civilisation de consommation ».

L ‘avant-garde comme expérimentation

Selon Daniel Bell, l’avant-garde ne serait que l’expression de la société libérale contemporaine, qui a su renoncer à l’éthique ascétique du premier capitalisme, et privilégie désormais les valeurs de spontanéité. Cependant, il y a encore dans l’art avant-gardiste une dimension, non pas spontanée, mais bien théorique et même expérimentale, de l’ordre de la déconstruction plutôt que de la provocation gratuite. Paul Valéry soulignait cette affinité de l’art nouveau et de la recherche expérimentale. Si « l’époque fait du neuf machinalement », « cherche à s’imposer par l’étonnement », « la recherche du fait a passé des sciences dans les arts ». L’avant-garde s’est efforcée de rendre explicite les a priori de la conception classique de l’œuvre ou de l’artiste, afin d’explorer de nouvelles propositions, symétriques de celles de l’esthétique constituée, ou de pousser à leurs limites, jusqu’à l’absurde, les propositions classiques. La sérialité met en question l’idée de l’unicité de l’œuvre, la musique atonale conteste la mélodie. La production mécanique conteste l’idée de création. On mettra encore à la torture l’idée d’une différence essentielle entre l’art et la trivialité, comme Duchamp et son célèbre urinoir Fontaine. On crut avoir atteint un point extrême en 1961 lorsque Piero Manzoni produisit « merda d’artista », une boîte fermée censée contenir de ses propres excréments. Mais on a pu par la suite admirer, dans le même ordre d’idées, une machine à produire artificiellement des excréments : Cloaca (Wim Delvoye).

Malgré ces tentatives originales, Harold Rosenberg parle de « tradition du nouveau », à savoir une sorte de véritable académisme de la rupture, qui laisserait le public généralement assez indifférent.

Avant-garde et question de l’Être

Luc Ferry souligne qu’il est bien question de l’Être dans l’avant-garde, ou du moins chez ses pionniers, et pas seulement de crispation moderniste ou narcissique sans profondeur ni enracinement, de l’ordre de la mode. La mise en cause de la représentation classique s’explique par la recherche de représentations moins faciles mais plus vraies de l’Être, que Luc Ferry rapproche des recherches des mathématiciens sur l’hyperespace.

La tache n’est pas l’apparence d’une tache, elle est seulement une tache. Au nom de la présence du réel, c’est bien l’art lui-même, comme interprétation, qui est contesté. Certains craignent pourtant que la plupart de ces tentatives vaillent davantage par la démarche intellectuelle qu’elles illustrent que par la présence sensible des productions. Selon Jean Clair, critique des avant-gardes, « plus l’œuvre se fera mince, plus savante son exégèse ».

Excerpted from Wikipédia

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s