Le Martin-pêcheur d’Europe (Alcedo atthis)

Excerpted from Wikipédia

Le Martin-pêcheur d’Europe (Alcedo atthis) est une espèce d’oiseaux, espèce type de la famille des Alcedinidae. Cet oiseau est un bioindicateur de la qualité d’un milieu aquatique.

This is a fantastic image by Luca Casale

Luca Casale, CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons

Un Alcedo atthis (martin-pêcheur d’Europe) pêchant dans les eaux du Pô, dans la province de Verceil, Italie

C’est un oiseau qui se nourrit de petits poissons et de petits animaux aquatiques (insectes notonectes, crustacés gammares et batraciens). C’est pourquoi il vit à proximité des étendues d’eau, où il peut se nourrir en abondance. Sa proie repérée, généralement depuis un perchoir, il plonge en percutant violemment la surface de l’eau, l’attrape, puis l’avale tête la première dans le sens des écailles. Si elle n’est pas dans le bon sens, il la lance en l’air et la rattrape avec agilité dans le sens qui lui convient. Il ingurgite sa proie d’un seul coup. Après digestion, il rejette par la bouche une pelote de réjection constituée des arêtes des derniers poissons digérés. Le rejet de cette pelote est précédé de ce qui ressemble à des bâillements. Quand le poisson est destiné à être livré aux juvéniles, le martin-pêcheur le retourne pour le présenter tête en avant. L’adulte rentre alors dans le couloir de sa niche et sert celui des petits qui attend son tour dans un mouvement de « noria » bien régulé au fond de la cavité. En période de nourrissage, un adulte peut capturer jusqu’à 70 ou 80 poissons dans la journée, ce qui implique une activité permanente. En grandissant, la noria se désorganise et peut laisser place à plus de compétition.

L’oiseau, très vivace, parcourt un circuit sur son territoire en se posant sur des perchoirs qu’il connaît, bien disposés pour guetter ses proies. Si sa position est assez haute, il plonge en flèche directement, et ressort aussi rapidement de l’eau grâce à la poussée d’Archimède résultant de l’air emprisonné sous son plumage. S’il part d’un support trop proche de la surface, il doit d’abord s’éjecter vers le haut avant de se retourner pour plonger. Mais il peut aussi faire de longues séquences de vol stationnaire avant de plonger. Lorsque sa tentative est récompensée, il se pose et entreprend d’assommer sa proie en la battant sur sa branche par des mouvements de tête alternés, avant de l’avaler, quand il ne va pas la porter à sa compagne (mâle en période nuptiale) ou à ses juvéniles.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s