I Ching Consultation 30th June 2022

Please comment on what I may do with the rest of the year.

———————————

9. Hsiao Ch’u / The Taming Power of the Small

above SUN THE GENTLE, WIND

below CH’IEN THE CREATIVE, HEAVEN

This hexagram means the force of the small–the power of the shadowy–that restrains, tames, impedes. A weak line in the fourth place, that of the minister, holds the five strong lines in check. In the Image it is the wind blowing across the sky. The wind restrains the clouds, the rising breath of the Creative, and makes them grow dense, but as yet is not strong enough to turn them to rain. The hexagram presents a configuration of circumstances in which a strong element is temporarily held in leash by a weak element. It is only through gentleness that this can have a successful outcome.

THE JUDGMENT

THE TAMING POWER OF THE SMALL

Has success.

Dense clouds, no rain from our western region.

This image refers to the state of affairs in China at the time when King Wên, who came originally from the west, was in the east at the court of the reigning tyrant Chou Hsin. The moment for action on a large scale had not yet arrived. King Wên could only keep the tyrant somewhat in check by friendly persuasion. Hence the image of many clouds, promising moisture and blessing to the land, although as yet no rain falls. The situation is not unfavorable; there is a prospect of ultimate success, but there are still obstacles in the way, and we can merely take preparatory measures. Only through the small means of friendly persuasion can we exert any influence. The time has not yet come for sweeping measures. However, we may be able, to a limited extent, to act as a restraining and subduing influence. To carry out our purpose we need firm determination within and gentleness and adaptability in external relations.

THE IMAGE

The wind drives across heaven:

The image of THE TAMING POWER OF THE SMALL.

Thus the superior man

Refines the outward aspect of his nature.

The wind can indeed drive the clouds together in the sky; yet, being nothing but air, without solid body, it does not produce great or lasting effects. So also an individual, in times when he can produce no great effect in the outer world, can do nothing except refine the expression of his nature in small ways.

THE LINES

Nine at the beginning means:

Return to the way.

How could there be blame in this?

Good fortune.

It lies in the nature of a strong man to press forward. In so doing he encounters obstructions. Therefore he returns to the way suited to his situation, where he is free to advance or to retreat. In the nature of things this will bring good fortune, for it is wise and reasonable not to try to obtain anything by force.

Nine in the third place means:

The spokes burst out of the wagon wheels.

Man and wife roll their eyes.

Here an attempt is made to press forward forcibly, in the consciousness that the obstructing power is slight. But since, under the circumstances, power actually lies with the weak, this sudden offensive is doomed to failure. External conditions hinder the advance, just as loss of the wheel spokes stops the progress of a wagon. We do not yet heed this hint form fate, hence there are annoying arguments like those of a married couple. Naturally this is not a favorable state of thing, for though the situation may enable the weaker side to hold its ground, the difficulties are too numerous to permit of a happy result. In consequence even the strong man cannot so use his power as to exert the right influence on those around him. He experiences a rebuff where he expected an easy victory, and he thus compromises his dignity.

9. Siao Tch’ou / Le Pouvoir d’Apprivoisement du Petit

En haut Souen : Le Doux, le Vent.

En bas K’ien : Le Créateur, le Ciel.

L’hexagramme représente ce qui est petit, le pouvoir de ce qui est obscur : il retient, apprivoise, freine. A la quatrième place, qui est celle du ministre, il y a un trait faible qui tient en bride toutes les autres lignes, lesquelles sont fortes. L’image est celle du vent qui souffle, haut dans le ciel. Il ralentit l’haleine du créateur qui s’élève, les nuages, si bien qu’ils s’épaississent. Mais il n’est pas encore assez fort pour les faire retomber en pluie. L’hexagramme présente une constellation où un élément fort est passagèrement tenu en bride par un élément faible. C’est seulement grâce à de la douceur qu’une telle situation peut être accompagnée de succès

LE POUVOIR D’APPRIVOISEMENT DU PETIT possède la réussite.

Nuages épais, pas de pluie venant de notre domaine de l’ouest.

La comparaison est tirée de la situation de la Chine au temps du roi Wen. Il était originaire de l’ouest, mais se trouvait alors à l’est, à la cour du grand souverain, le tyran Tchéou Sin. L’heure des grandes actions n’était pas encore venue. Il pouvait seulement tenir jusqu’à un certain point le tyran en bride par des suggestions empreintes de bonté. De là l’image de nuages abondants qui montent promettant à la terre humidité et bénédiction, mais qui, pour l’instant, ne laissent pas encore tomber de pluie. La situation n’est pas défavorable. Elle permet de prévoir le succès final. Toutefois il y a encore des obstacles sur la route. On peut commencer les travaux d’approche. Ce n’est qu’en utilisant l’humble moyen de suggestions empreintes de bonté que l’on peut agir. L’heure n’est pas encore aux mesures énergiques et vastes. Il est cependant possible d’exercer une influence modératrice et adoucissante dans un rayon limité. La réalisation d’un tel vouloir demande une ferme résolution à l’intérieur et une adaptation pleine de douceur à l’extérieur.

Le vent exerce sa poussée, haut dans le ciel :

Image du POUVOIR D’APPRIVOISEMENT DU PETIT

Ainsi l’homme noble affine la forme extérieure de son être.

Le vent a beau pousser ensemble les nuages dans le ciel, comme c’est seulement de l’air sans corps solide, il ne produit pas d’effets importants et durables. Ainsi, dans les temps où une grande action extérieure n’est pas possible, il ne reste à l’homme rien d’autre à faire que d’affiner les expressions de son être dans l’accomplissement de petites choses.

Neuf au commencement signifie :

Retour au chemin.

Comment y aurait-il là un blâme ?

Fortune.

Il est dans la nature de l’être fort de pousser en avant. Mais, ce faisant, il se heurte à des obstacles. Il retourne donc au chemin correspondant à sa situation, sur lequel il se sent libre d’avancer et de reculer. C’est là chose bonne et intelligente, que de ne vouloir rien obtenir par la contrainte et la violence et, conformément à la nature des choses, cela apporte la fortune.

Neuf à la troisième place signifie :

Les rayons se détachent du chariot.

L’homme et la femme roulent les yeux.

On tente ici de pousser fortement en avant en ayant conscience que le pouvoir d’obstruction est encore peu considérable. Mais comme, en raison des circonstances, c’est, en fait, l’élément faible qui possède la force, cette tentative d’attaque par surprise doit échouer. Des circonstances extérieures empêchent le progrès, de même qu’un chariot n’avance pas quand les rayons de ses roues se détachent. On ne se conforme pas encore à ce signe du destin. C’est pourquoi d’aigres explications ont lieu entre mari et femme. Naturellement, ce n’est pas là un état de choses favorable : car même si, à la faveur des circonstances, la partie la plus faible réussit à tenir ferme, trop de difficultés sont liées à la situation pour que le résultat puisse être heureux. Dans ces conditions, même l’être fort ne peut pas utiliser son pouvoir pour exercer une influence sur son entourage. Il a éprouvé une rebuffade là où il escomptait une victoire facile. Ainsi, un faux pas a été commis.

——-

Changing to :

59. Huan / Dispersion [Dissolution]

above SUN THE GENTLE, WIND

below K’AN THE ABYSMAL, WATER

Wind blowing over water disperses it, dissolving it into foam and mist. This suggests that when a man’s vital energy is dammed up within him (indicated as a danger by the attribute of the lower trigram), gentleness serves to break up and dissolve the blockage.

THE JUDGMENT

DISPERSION. Success.

The king approaches his temple.

It furthers one to cross the great water.

Perseverance furthers.

The text of this hexagram resembles that of Ts’ui, GATHERING TOGETHER 45. In the latter, the subject is the bringing together of elements that have been separated, as water collects in lakes upon the earth. Here the subject is the dispersing and dissolving of divisive egotism. DISPERSION shows the way, so to speak, that leads to gathering together. This explains the similarity of the two texts. Religious forces are needed to overcome the egotism that divides men. The common celebration of the great sacrificial feasts and sacred rites, which gave expression simultaneously to the interrelation and social articulation of the family and state, was the means of employed by the great ruler to unite men. The sacred music and the splendor of the ceremonies aroused a strong tide of emotion that was shared by all hearts in unison, and that awakened a consciousness of the common origin of all creatures. In this way disunity was overcome and rigidity dissolved. A further means to the same end is co-operation in great general undertakings that set a high goal for the will of the people; in the common concentration on this goal, all barriers dissolve, just as, when a boat is crossing a great stream, all hands must unite in a joint task. But only a man who is himself free of all selfish ulterior considerations, and who perseveres in justice and steadfastness, is capable of so dissolving the hardness of egotism.

THE IMAGE

The wind drives over the water:

The image of DISPERSION.

Thus the kings of old sacrificed to the Lord

And built temples.

In the autumn and winter, water begins to freeze into ice. When the warm breezes of spring come, the rigidity is dissolved, and the elements that have been dispersed in ice floes are reunited. It is the same with the minds of the people. Through hardness and selfishness the heart grows rigid, and this rigidity leads to separation from all others. Egotism and cupidity isolate men. Therefore the hearts of men must be seized by a devout emotion. They must be shaken by a religious awe in face of eternity-stirred with an intuition of the One Creator of all living beings, and united through the strong feeling of fellowship experienced in the ritual of divine worship.

59. Houan / La Dispersion (Dissolution)

En haut Souen : Le Doux, le Vent

En bas K’an : L’Insondable, l’Eau

Le vent qui, en haut, vagabonde au-dessus des eaux, les disperse et les dissout en écume et en embruns. L’hexagramme contient aussi l’idée que, si la force vitale s’accumule dans l’homme (ce que la propriété du trigramme inférieur donne pour dangereux), elle sera de nouveau dispersée et dissoute par la douceur.

LA DISSOLUTION. Succès.
Le roi s’approche de son temple.
Il est avantageux de traverser les grandes eaux.
La persévérance est avantageuse.

Le texte de l’hexagramme est apparenté à celui de Tsouei, « le recueillement, le rassemblement » (n° 45). Là, il s’agit de rassembler ce qui a été séparé, comme l’eau se rassemble dans les lacs sur la terre. Ici, il est question de la dispersion et de la dissolution de l’égoïsme qui sépare. L’hexagramme « la dissolution » montre en quelque sorte le chemin qui conduit au rassemblement, au recueillement. C’est ce qui explique l’analogie des textes. Pour vaincre l’égoïsme qui sépare, l’homme a besoin de la force religieuse. La célébration en commun des sacrifices solennels et des services divins qui exprimaient en même temps la cohésion et la structure sociale de la famille et de l’Etat était le moyen employé par les grands souverains pour faire communier les cœurs dans les mêmes émotions grâce à la musique sacrée et à la pompe des cérémonies, et leur faire prendre conscience par là de l’origine commune de tous les êtres. C’est ainsi que les séparations étaient vaincues et qu’on faisait fondre les rigidités. Un autre moyen était le travail en commun à de grandes entreprises collectives qui proposent un grand but à la volonté; la concentration sur cet objectif fait tomber tout ce qui sépare, de même que dans un bateau qui traverse un grand fleuve tous les passagers s’unissent dans le travail commun. Toutefois seul est capable de faire fondre ainsi la dureté de l’égoïsme celui qui est exempt de toute pensée égoïste parasite et qui demeure dans la justice et la fermeté.

Le vent vagabonde au-dessus des eaux :

Image de la DISSOLUTION.

Ainsi les anciens rois sacrifiaient au Seigneur et construisaient des temples.

En automne et en hiver l’eau se met à se figer et à geler.

Quand viennent les douces brises du printemps, la rigidité cesse et ce qui était dispersé dans les glaçons se réunit. Il en va de même de l’esprit du peuple. La dureté et l’égoïsme rendent le cœur rigide et cette rigidité le sépare de tout le reste. L’égoïsme et la cupidité isolent les humains. C’est pourquoi il faut qu’une émotion religieuse s’empare de leur cœur. Il doit se dissoudre, pris d’un frisson sacré devant l’éternité, se sentir saisi d’émoi devant la présence pressentie du créateur commun de tous les êtres, et faire l’expérience de l’unité grâce à la puissance du sentiment de communion éprouvé lors du culte d’adoration rendu à la divinité.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s